A propos de l’auteur

Parcours scientifique de Charles Macdonald

1974- 1990
Après des études littéraires (hypokhâgne au lycée Henri IV et licence de sociologie à la Sorbonne), et un premier enseignement dispensé dans le cadre de la Chaire de Roger Bastide à la Sorbonne en 1968-69, C. Macdonald fait de 1970 à 1972 des explorations ethnographiques aux Philippines, à Mindoro et dans l’île de Palawan, et entreprend la description de la société palawan (île de Palawan, sud des Philippines). Il publie le premier article scientifique jamais écrit sur cette population (Le Mariage Palawan, L’Homme, 1972, XII, 1 : 5-28). Il soutient en Sorbonne en 1974 une thèse de doctorat. Cette thèse sera publiée à l’Institut d’Ethnologie avec pour titre Une société Simple (Institut d’Ethnologie, Paris, 1977). Il entre au CNRS la même année comme stagiaire de recherche. En 1984, après plusieurs autres années de recherche sur le terrain, il soutient à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes/Sorbonne une thèse d’Etat sur les rites et les mythes des Palawan. Une partie de la thèse sera publiée sous la forme de deux ouvrages intitulés L’Eloignement du Ciel (Maison des Sciences de l’Homme, Paris 1988) et Sinsin, le Théâtre des Génies (Editions du CNRS, Paris 1990) ; la conclusion de son mémoire fera l’objet d’un article important (Philosophes ou Artistes ? L’Homme, 1993, 125 : 7-29). Il y montre que les formes régionalement très différentes d’action rituelle se placent entre deux pôles opposés sur un continuum idéologique qui doit être compris à partir de sept paramètres de base (sexe et âge de l’officiant, nature du panthéon, type de contact avec le surnaturel, etc.)
En 1984 il prend la direction de l’équipe de recherche Ethnologie Comparative de l’Asie du Sud-Est (ECASE), à Paris.
Jusqu’en 1991 ses recherches portent sur la parenté, l’organisation sociale, la religion, les rituels, les mythes, mais aussi sur le symbolisme, la littérature orale, la catégorisation des goûts et des odeurs, l’alimentation, la communication verbale, la culture matérielle, le droit coutumier. Il publie une vingtaine d’articles sur ces différents sujets et dirige un ouvrage collectif sur le concept de « société à maison » : De la Hutte au Palais : sociétés « à maison » en Asie du Sud-Est, ECASE, Editions du CNRS, Paris, 1987.
Après une enquête approfondie en 1989 dans la région de Kulbi à Palawan, les données concernant cette section du groupe Palawan, caractérisée par un taux anormalement haut de suicides, fait l’objet d’une première analyse approfondie à l’occasion d’un séjour à l’Université d’Oxford (St Antony’s College) en 1989-1990.

1991-1999
C. Macdonald est nommé Directeur de Recherche en 1991. En dépit de nouvelles charges administratives et d’encadrement, la création de l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique- IRSEA à Aix-en-Provence en 1993 et puis la mise en place de la Maison Asie-Pacifique- MAP à Marseille en 1999, il poursuit ses enquêtes ethnographiques. Sur le plan scientifique, des thèmes nouveaux sont abordés, comme le suicide, les rapports entre ethnie et nation, les émotions, l’habitat troglodytique, les mesures, les noms personnels. Un tournant plus décisif est marqué par une campagne de recherches qui débute en 1994 et concerne un groupe de langue austronésienne, les Raglai au centre sud Vietnam, sur les rebords orientaux des Hauts Plateaux. Ce groupe peu étudié, parent proche des Cham, sera visité à plusieurs reprises en 1994, 1995, 1996, 1998 et 1999. Son ethnographie, sa littérature orale et sa lexicographie sont l’objet d’une enquête minutieuse et de communications au cours de deux colloques sur la langue et la culture raglai en 1998 et 2000; un article est publié en 2001 sur leurs rituels (Une séance chamanique chez les Raglai, 2001, Aseanie, 7 :115-139).

2000-2005
Cette période est marquée par une attention accrue pour des thématiques comparatives, élargissant le domaine ethnographique antérieur, et cela dans deux domaines de recherche en particulier. Le premier concerne le suicide qui constitue un objet relativement peu étudié ou théorisé en anthropologie sociale. Les conclusions auxquelles parvient C. Macdonald sont de nature à remettre en question la pertinence de certaines problématiques anthropologiques. Il se consacre à la rédaction en anglais d’un ouvrage sur cette question lors d’un séjour passé au Centre d’Etudes sur l’Asie du Sud-Est, CSEAS, de l’Université de Kyoto où il est invité en 2002. Cet ouvrage sera publié aux Presses de l’Université de Hawai’i, Honolulu, en 2007 sous le titre de Uncultural Behavior. Les conclusions principales de son étude –qui repose sur l’enquête monographique et le comparatisme transculturel– tendent à démontrer que des facteurs génétiques sont présents dans la vulnérabilité suicidaire et que les facteurs culturels ou sociologiques sont peu déterminants (proposition qui va à l’encontre de la doxa durkhémienne) : des taux de suicide anormalement élevés trouvés dans des petites populations endogames et isolées mais culturellement semblables aux populations environnantes, et donc avec la possibilité d’un effet fondateur, semblent confirmer cette hypothèse.
Un deuxième champ de recherche retient son attention, l’étude des noms personnels et les bases de leur théorie anthropologique. Il pose que les noms personnels forment des systèmes à l’intérieur de chaque langue. Ces systèmes sont constitué par des « types de noms » (comme prénom, nom de famille, surnom en français, à ne pas confondre avec des « étiquettes onomastiques » comme « Charles », « Catherine » ou « Dumont » en français) et que ce sont les propriétés linguistiques de ceux-ci ainsi que leurs rapports au sein de la communication verbale qui constituent l’objet de cette anthropologie onomastique. Il s’agit là du premier essai de systématique jamais entrepris sur ce sujet dans le cadre de la discipline anthropologique et linguistique. Un premier article publié en 1999 est suivi d’une nouvelle enquête, en 2003, puis de la publication de plusieurs articles. Ces travaux se déroulent en grande partie dans le cadre d’une invitation à Leiden, à l’International Institute for Asian Studies (IIAS) en 2004-2005 puis à l’Institut de Recherche sur l’Asie (ARI) de l’Université Nationale de Singapour en 2005. Il y prépare et organise sur ce thème un colloque qui aura lieu en 2006 et sera publié par les Presses de l’Université de Singapour en 2010 sous le titre Personal Names in Asia. History, Culture and Identity (Zheng Yangwen and C. Macdonald ed.).

Il quitte la Maison Asie Pacifique et l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique en 2004, unités dont il a été le co-fondateur et le premier directeur, et est alors affecté à l’UMR 6578. La cessation de ses fonctions de responsable d’unité de recherche lui permet de consacrer plus de temps à la réflexion théorique et à prendre du recul par rapport à son orientation régionaliste, prioritaire jusque-là. Celle-ci reste cependant présente comme l’attestent plusieurs publications dont un article important sur la mythologie austronésienne du corps morcelé (Du corps déconstruit au corps reconstruit, L’Homme 2005, 174 : 75-102).

2006-2009
Un tournant décisif est pris dans l’orientation scientifique de ses travaux en 2006, à l’occasion d’une communication sur les noms personnels pour le 15e Colloque d’Etudes Inuit. Il se rend compte qu’au-delà des indices fournis par les noms personnels, des profondes homologies de structure existent entre des populations que tout sépare, la géographie comme l’histoire. Ces homologies qui existent entre Inuit et Palawan, par exemple, permettent de comprendre en fin de compte des traits essentiels de comportement et de morphologie, présents dans toutes les populations humaines, indiqués en creux mais non expliqués dans la théorie ethnologique classique. Il pose alors les bases d’une théorie de ce qu’il va appeler les « collectifs anarcho-grégaires », ou « régime anarcho-grégaire », représentés par les communautés ou populations dont le mode de cohésion se différencie radicalement de toute organisation sociale, communautés douées cependant d’identité culturelle forte, de capacité adaptative et de stabilité. Il théorise la structure sociale sous la forme de trois relations constitutives : la hiérarchie, la réciprocité et la transcendance. Il va montrer que bien des communautés indigènes et tribales, souvent décrites comme situées au degré zéro de la complexité sociale, obéissent en fait à une autre forme de complexité fondée sur les valeurs diamétralement opposées de l’égalité, du partage et de l’immanence. Ce sont ses connaissances ethnographiques et ses lectures anthropologiques qui vont le guider. Il prononce une conférence à l’Université d’Helsinki en février 2008 qui sera publiée sous le titre Order against Harmony. Are humans always social ? (Suomen Antropologi, 2008, 2 : 5-21). Ce texte constitue la première ébauche de son projet qu’il développe en 2008-2009 alors qu’il est mis pour un an à la disposition de l’Institut d’Etudes Avancées (IAS) de Princeton. Cette année lui permet de rédiger un ensemble de textes dans lesquels il définit et élabore les propositions et hypothèses qui vont donner substance à cette réflexion. Ces textes seront ensuite traduits et publiés dans diverses revues et ouvrages collectifs, dont le plus important –qu’il inspire avec K. Sillander– est Anarchic Solidarity. Autonomy, Equality, and Fellowship in Southeast Asia (T. Gibson and Sillander, K ed., Monograph 60, Yale Southeast Asia Studies, New Haven, 2011). Un article programmatique, The Anthropology of Anarchy, est mis en ligne par la School of Social Science de l’IAS puis publié en grec et en espagnol ainsi que dans Indian Journal of Human Development, 2012, Vol. 6, No. 1: 49-66.

2010-2012
En mai 2009 C. Macdonald devient directeur de recherche émérite affecté à l’UMR 6578, puis à l’UMR 7268 jusqu’à ce jour. Il continue ses travaux théoriques et comparatifs sur les collectifs anarcho-grégaires. Il présente des communications à des colloques et rédige plusieurs autres articles à ce sujet, en étendant son champ de réflexion à la société contemporaine et à la place de la violence dans l’évolution des sociétés (voir par exemple Primitive Anarchs : anarchism and the Anthropological Imagination, Social Evolution and History, 2011, 10, 2 : 67-86, reprenant une communication à la Conférence de l’EASA de 2010, ainsi que la note Violence : Finding Peace dans le journal Science, Vol. 338, Oct. 2012, p. 327). Il consacre à ces questions une série de conférences à l’Université Populaire du Pays d’Aix en 2012. L’ensemble des textes réunis à ce jour se trouvent sur le site https://sites.google.com/site/charlesjhmacdonaldssite/.

Il poursuit deux autres projets en continuité avec ses travaux ethnographiques, lexicographiques et anthropologiques antérieurs. D’une part il achève un dictionnaire Palawan-Tagalog-Anglais qu’il a entrepris de constituer avec l’aide et le soutien de l’Endangered Language Project de la School of Oriental and African Studies (SOAS) de Londres. Ce dictionnaire est mis en ligne sur le site http://www.sil.org/asia/Philippines/prog/palawan/lexicon/main.htm.

D’autre part il a repris le chemin de l’enquête sur le suicide à l’initiative de collègues de l’INSERM chercheurs en psychiatrie et en génétique, maintenant rattachés au Douglas Institute de l’Université McGill de Montreal et au laboratoire de génétique de l’Université de Genève. Une nouvelle enquête de terrain de deux mois et demi en 2012 a été conduite par lui et sous la direction de son collègue le Dr. F. Jollant du Douglas Insitute. Cette enquête est fondée sur une approche psychiatrique et des autopsies psychologiques qui confirment d’ailleurs complètement les observations réunies sur les vingt précédentes années, tout en les complétant et en les précisant d’un point de vue médical et psychiatrique. En outre, un article sous presse écrit en collaboration avec le Professeur Jean Naudin développe une approche psycho-phénoménologique du phénomène.

L’ensemble de ces activités, mais particulièrement la dernière, se rattachent aux recherches collectives menées dans l’équipe 3 de l’UMR 7268.

Thématiques de recherche principales :

• Ethnographie et anthropologie de l’Asie du Sud-Est. Enquêtes de terrain et analyses sur des populations de cette région, les Palawan (Philippines) et les Raglai (Vietnam). Objets principaux d’étude : la parenté et la résidence, les rituels, la mythologie, les techniques, la culture matérielle, la langue, la lexicographie, les catégories de pensée, la littérature orale, le droit coutumier.
• Etude anthropologique du suicide : étude de cas, analyses anthropologiques de la mort volontaire, hypothèses générales.
• Anthropologie des noms personnels : étude comparative, grille conceptuelle et interprétation de la fonction de nomination et des systèmes onomastiques dans le monde.
• Anthropologie des collectifs anarcho-grégaires : recherche interdisciplinaire, théorique et comparative sur le social et sur la possibilité de communautés « non sociales » à partir de l’ethnographie, de l’anthropologie sociale, de l’anthropologie évolutionnaire, de la primatologie, des sciences cognitives.
• Quelques autres thèmes abordés dans des conférences, enseignements, communications à des colloques et publications : la catégorisation des goûts et des odeurs, l’alimentation, la communication verbale, la pragmatique de la prière, les sociétés « à maison » et la classification des sociétés en Asie du Sud-Est, le corps des montagnards d’Asie du Sud-Est, le rôle de l’eau en Asie, les jardins en Orient, l’amitié, le bonheur, l’éthique et la violence dans le sport, la notion de démocratie, d’Etat et de nation, les marchés, l’ethno-archéologie de l’habitat troglodytique, l’autonomie du sujet, l’humour et le rire, la socialité chez les primates non humains, les études d’aire culturelle comme science, la cérémonie du thé au Japon, l’anthropologie visuelle, l’épistémologie et l’histoire des idées anthropologiques, la situation actuelle de l’anthropologie sociale en France, les représentations de l’espace cultivé et sauvage, le culte de la baleine au Vietnam, la notion de « lien faible » et de « conditions de félicité de la vie collective », l’anarchisme, les poids et mesures chez les Palawan ……

Advertisements